Les ressources en eau

La disponibilité des ressources en eau devient un enjeu croissant en Nouvelle-Calédonie du fait de son développement industriel et démographique actuel. Afin de permettre une exploitation durable de cette ressource, le Service Géologique de la Nouvelle-Calédonie contribue à l’amélioration de la connaissance de l’hydrogéologie de la Nouvelle-Calédonie au travers de l’inventaire et la thésaurisation des informations liées à l’hydrogéologie, mais aussi l’acquisition sur le terrain de données concernant les eaux souterraines.

Rôle et missions

Le SGNC aborde l’hydrogéologie en Nouvelle-Calédonie de manière double et complémentaire, tout d’abord en s’intéressant à l’aspect Ressource en tant que telle, mais aussi à l'aspect Protection de la ressource en étudiant l’impact des activités anthropiques, notamment minières et industrielles. Pour cela, le SGNC réalise l'inventaire de la ressource mais contribue aussi à l'amélioration de la connaissance de l'hydrogéologie de la Nouvelle-Calédonie. Le SGNC collabore ainsi avec les institutions mais aussi les entreprises privées et les particuliers pour toutes les questions liées à la ressource en eau et tient un rôle d’expertise et de conseil scientifique.

Inventaire de la ressource

La ressource en eau souterraine de Nouvelle-Calédonie est variablement connue. Si la ressource exploitée fait l'objet d'un suivi régulier, les autres reservoirs aquifères non exploités aujourd'hui sont dans l'ensemble peu connus. Ainsi on peut ditinguer :

La mise en place de la base de données du sous-sol de Nouvelle-Calédonie est la première étape de l'inventaire de  la ressource en eau souterraine. A partir de l'état des lieux des données existantes, certaines zones potentiellement bon aquifère pourront être déterminées et faire l'objet de prospections complémentaires. Ainsi, le Service Géologique de la Nouvelle-Calédonie a entrepris la réalisation d’une base de données "BDSSNC" qui recense tous les ouvrages souterrains connus sur le territoire et y rassemble les données géologiques et hydrogéologiques dans un format de données unique.
Cette base de données est par ailleurs indispensable pour toute étude de risques, aménagement du territoire et projet en géosciences plus généralement.

Pour en savoir plus sur la Base de Données du Sous-Sol de Nouvelle-Calédonie (BDSSNC)

Amélioration de la connaissance de la ressource

En complément de l'inventaire de la ressource, le Service Géologique s'intéresse aux mécanismes de l'écoulement et du transport dans  les formations aquifères. Plus particuièrement, le SGNC a pris en charge l'étude approfondie de deux systèmes hydrogéologiques très différents mais primordiaux pour la Nouvelle-Calédonie :
- L'étude des nappes alluviales;
- L'étude des massifs de péridotites.

La nappe alluviale de la Pouembout a été choisie pour réaliser cette synthèse hydrogéologique de sorte à définir les mécanismes de l'écoulement et la vulnérabilité d'une nappe représentative des nappes alluviales de Nouvelle-Calédonie. Les résultas pourraient être transposés à une autre nappe alluviale.

Pour en savoir plus sur L'étude de la nappe alluviale de la Pouembout

En parallèle, le Service Géologique de la Nouvelle-Calédonie s’intéresse aux massifs de péridotites qui recouvrent près d’un tiers du territoire de la Nouvelle-Calédonie, sont le siège des exploitations de nickel qui font vivre le territoire mais sont aussi les "châteaux d'eau" du pays. 

Les massifs de péridotites sont caractérisés par une structure pseudo-karstique très particulière et sont localement recouverts par un manteau d'altération latéritique cuirassé épais de plusieurs dizaines de mètres. C'est à la base de ces zones d'altération que se trouvent les gisements de nickel. Il en résulte un milieu hydrogéologique complexe, anisotrope, multicouche et probablement très hétérogène. Le fonctionnement hydrogéologique et les propriétés hydrodynamiques de ces structures sont mal connus à l’heure actuelle (connectivité, propriétés hydrodynamiques de ces réseaux, incidence sur la recharge, le transport, etc.). Ce contexte aux écoulements souterrains complexes pose des problèmes aux exploitants miniers comme aux populations riveraines.

Dans ce domaine, le SGNC sollicite la collaboration des mineurs pour apporter des réponses aux questions liées à l’exploitation des massifs (de-saturation des fronts, infiltration en fond de fosse) et aux exigences réglementaires (études d’impact) à partir de l’interprétation des données acquises sur les massifs.

Pour en savoir plus sur L'hydrogéologie des massifs de péridotites

Méthodologie et Applications

La méthode appliquée en hydrogéologie suit la démarche générale suivante :

  • Inventaire des données existantes : données de forages, bibliographie;
  • Acquisition de données sur le terrain : niveaux piézométriques, jaugeages, essai de percolation, géophysique:
  • Analyse et interprétation des données : estimation de la recharge, discussion sur le comportement hydrodynamique de la nappe;
  • Modélisation.

Les problématiques abordées peuvent être diverses, concernant la quantité ou la qualité de la ressource, selon le réservoir étudié, les enjeux.

Contact utile