Programme CNRT "Typologie des latérites"

Les gisements actuels de nickel latéritique dans le monde qui peuvent déboucher surun projet économique représentent des réserves d'un ordre de grandeur supérieur à 200 millions de tonnes de minerais. C’est donc à une échelle plurikilométrique qu’il convient d’aborder la problématique.L’établissement d’une typologie des minerais latéritiques des massifs de roches ultrabasiques de Nouvelle-Calédonie repose sur la caractérisation pétrographique, minéralogique et géochimique des trois compartiments principaux des manteaux d’altération sur péridotites (saprolite grossière, saprolite fine inférieure « latérite jaune », saprolite fine supérieure «latérite rouge ») dans différents contextes :
- lithologiques (harzburgite/dunite/pyroxénite ; importance relative des filons de roches

- acides ; degré de serpentinisation) ;
- morphotectoniques (surfaces géomorphologiques porteuses, degré de dissection et d’incision des surfaces, densité de fracturation des masses péridotitiques) ;
- hydrogéologiques (qualité du drainage : perméabilité/conductivité des trois compartiments, connectivité de la porosité, dynamique karstique). 

Partenaires: BRGM, UNC, IRD, Université de Namur, Institut de Minéralogie et de Physique des Milieux Condensés (IMPMC), Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (CEREGE), Australia'sCommonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO).