L’atlas hydrogéologique de Nouvelle-Calédonie (BDLISA-NC)

Initié en 2017, la réalisation d'un atlas hydrogéologique de la Nouvelle-Calédonie est confortée par le schéma d’orientation pour une politique de l’eau partagée de la Nouvelle-Calédonie (PEP), adopté en mars 2019. Mieux connaître les ressources en eau, notamment les eaux souterraines, est incontournable pour atteindre le premier objectif stratégique de la PEP : sanctuariser les zones de captage et les ressources stratégiques.

image BDLISA


Ainsi, la base de données des limites des systèmes aquifères de Nouvelle-Calédonie (BDLISA-NC) compose le nouveau référentiel hydrogéologique de Nouvelle-Calédonie. Il couvre le territoire de l’archipel et ses trois provinces, et constitue l’un des jeux de données de référence du système d’information du service géologique de la Nouvelle-Calédonie, aux côtés de la carte géologique dont il est issu.

L’objectif de ce référentiel est de mettre à disposition de chacun :

  • un système d’identification unique des entités hydrogéologiques du territoire (entités aquifères, mais aussi entités peu ou non aquifères), réalisé selon des règles communes à l’ensemble du territoire ;
  • l’identification du ou des aquifères captés au droit de tout ouvrage de captage des eaux souterraines du territoire. BDLISA-NC est un référentiel en trois dimensions - la dimension verticale est relative dans la version actuelle du référentiel de Nouvelle-Calédonie. 

Les partenaires de la BDLISA-NC

Ces travaux ont bénéficié du soutien financier du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et du BRGM dans le cadre du partenariat DIMENC-BRGM. Les travaux de construction du référentiel sont menés en collaboration avec le service de l’eau de la DAVAR et le BRGM.

Logos davar et brgm

 

Tout ouvrir / Tout fermer
coupe géol

BDLISA-NC permet de traiter et d’échanger les informations intégrées dans une base de données associée aux couches cartographiques.

Le référentiel BDLISA-NC est innovant par les concepts qui le sous-tendent et par trois caractéristiques majeures :

  • la prise en compte des entités profondes, qui font de BDLISA-NC un référentiel hydrogéologique quasi tridimensionnel. L’empilement de couches sans indication de valeur de profondeur (ordre relatif) est actuellement proposé ;
  • la délimitation des entités hydrogéologiques, aquifères et non aquifères, à trois périmètres géographiques différents, appelées « niveaux » : local, provincial et territorial ;
  • l'utilisation d'un « modèle de gestion » qui permet d'assembler toutes les entités de niveau local, de contrôler la cohérence topologique de cet assemblage, de détecter les anomalies, de corriger des artefacts, puis de passer du niveau local au niveau provincial et de celui-ci au niveau territorial.
construction

La construction du référentiel BDLISA-NC est menée en plusieurs étapes :

  • l’étape préalable de définition d’une méthodologie partagée de découpage des entités, inspirée de la BDLISA métropolitaine ;
  • l’élaboration d’un modèle conceptuel commun de gestion des données pour la base de données associée, via la conception d’un outil sous le logiciel ArcGis Desktop© ;
  • la rédaction d’un modèle de données et d’un dictionnaire de données inspirés des modèles du SANDRE accompagnant le référentiel.

Le référentiel est porté par un « Modèle de gestion » développé sous ArcGis©. Ce modèle, outre le rôle important qu'il a dans la phase de construction du référentiel en facilitant l'assemblage global des entités et en garantissant la cohérence topologique de l'ensemble, en assure également la maintenance et facilite les mises à jour.

Les premiers travaux de la BDLISA-NC ont débuté en 2017, s’inscrivant dans un travail plus complet et nécessitant la mise à jour des données nécessaires au référentiel :

  • la cartographie géologique harmonisée à l’échelle du 1/50 000e qui distingue les formations superficielles du substratum notamment ;
  • la base de données du sous-sol (BDSSNC) ;
  • la carte hydrogéologique établie au 1/200 000e.

La première étape a ainsi consisté à définir les entités hydrogéologiques du référentiel BDLISA-NC v0.


Ce travail est réalisé à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie.

La seconde étape consiste en la cartographie sous SIG des entités hydrogéologiques, la construction du référentiel. Ce référentiel construit, la définition et création des fiches synthétiques décrivant chacune des entités hydrogéologiques définies, devront être réalisées.

Il s’agira ensuite de maintenir régulièrement BDLISA. Les anomalies observées par les utilisateurs seront corrigées et les améliorations proposées grâce aux avancées scientifiques et techniques sur les connaissances du sous-sol seront intégrées.

Au stade actuel de son développement (version 0), le référentiel BDLISA-NC comprend :

  • 487 entités de niveau local,
  • 213 entités de niveau régional,
  • 28 entités de niveau territorial.

 

BDLISA
 logo


La BDLISA a pour objectif de mettre à disposition, sur l’ensemble du territoire métropolitain et de l’outre-mer, une cartographie des formations géologiques appelées « entités hydrogéologiques » et définies selon des règles communes. Celles-ci sont identifiées de manière unique et décrites du point de vue de leurs caractéristiques hydrogéologiques. Ces informations sont intégrées dans une base de données associée à un référentiel cartographique partagé.

La BDLISA est un référentiel géographique qui propose un découpage du territoire national en entités hydrogéologiques (formations géologiques aquifères ou non). Une entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique :

  • délimitée à une certaine échelle géographique : le niveau,
  • rattachée à un type de formation géologique : le thème,
  • définie par ses potentialités aquifères : la nature,
  • caractérisée par un type de porosité (qui permet de distinguer les principaux modes de circulation de l’eau) : le milieu,
  • caractérisée par la présence ou non d'une nappe, qui peut être libre et/ou captive : l’état.

 La BDLISA est un référentiel qui :

  • participe à l’élaboration et à l’amélioration des jeux de données de référence du système d’information sur l’eau (SIE) attendus dans le domaine des eaux souterraines :
    • le référentiel des masses d’eau souterraines, établi en application de la directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000,
    • le référentiel des sites de surveillance des eaux souterraines ;
    • assure une cohérence de représentation cartographique des ressources en eau souterraine à l’échelle du territoire national ;
    • intègre les informations associées aux entités hydrogéologiques (niveau, thème, nature, milieu, état) ;
    • facilite l'échange de ces données entre différents utilisateurs.

    La BDLISA participe également à la production des connaissances nécessaires pour mettre en œuvre les politiques nationales et communautaires sur les eaux souterraines et pour orienter leurs actions.